+33 (0)6 71 79 49 10
ACCOMPAGNEMENT : Quelle solution existe t il ? Quelle structure peut nous aider ?

ACCOMPAGNEMENT : Quelle solution existe t il ? Quelle structure peut nous aider ?

L’accompagnement lors de la création d’entreprise et après est essentiel.

En effet, selon les chiffres, 9 entreprises sur 10 ferment sans le suivi de quelqu’un d’extérieur et la moitié des entreprises ferment dans les 3 ans de la création (une bonne partie sont des entreprises non aidées).

Je ne peux donc que vous suggérez de vous faire aider par des tiers. Cet article vous permettra de peut être trouver la solution d’accompagnement le plus adapté à votre situation.

En effet, ils existent moultes types de « systèmes » d’aide où chacun peut y trouver sont comptes. Chaque « système » a ses avantages et ses inconvénients. Nous allons donc explorer, dans ce blog, ces divers systèmes, leurs définitions, les avantages et les inconvénients.

 

Les organismes

Tout d’abord, il y a des organismes connus, tel que la chambre des métiers, la CCI. Ces derniers vous accompagnent à tout moment, de la création au développement. Cela passe par des réunions, un suivi personnalisé, de la formation etc…

D’autres organismes existent, tel que la BPI, les associations locales tels que ADIE, SACCEF, Initiative entrepreneur …. Je ne vous donne pas là une liste exhaustive, cela serait trop long.

Etre accompagner permet de voir si nous passons à côté de quelques choses. Il permet aussi d’avoir de nouvelles idées, de donner un nouveau souffle à notre société, à la communication, à la prospection… Ces organismes connaissent aussi les aides mises à disposition.
Par contre, parfois, on ne peut pas bénéficier de leurs aides car pour être accompagner, il faut rentrer dans certaines cases. De plus, certains processus sont payants. Enfin, à un moment donné, l’accompagnement pour le lancement à ces limites. L’accompagnant dans ce genre de structure a fait le tour avec vous. Il ne reste que vous pour vous lancer. S’il vous reste des questions, soit l’accompagnant peut vous y répondre, soit d’autres solutions existent.

L’accompagnement par ces structures se fait continuellement. Il suffit de leur demander…

 

collectivites

Dans le terme collectivité, j’inclus un certain nombres : ville, région, Eurométropoles, Etat (avec ces plans de relance).
Parfois, les collectivités, proposent des accompagnements et des aides financières pour les entreprises. Cela peut aller à vous aider à acheter une voiture électrique ou un vélo, ou à vous proposer un audit gratuit de votre communication sur le net.

En échangeant avec les autres entreprises ou en appelant les organismes, vous pouvez connaître les aides proposées par les collectivités.  

 

 

reseaux

Et non, là ce n’est pas le réseau d’ami mais un réseau orienté professionnel.
Dans chaque organisme, il y a un système de réseaux.
Internet permet aussi avoir d’autres types de réseaux, via notamment facebook ou instagram. Je peux vous donner comme exemple entre’elles, entrepreneurs Alsace.
Enfin, dans le réseau, des associations peuvent se créer, tel que les associations d’entreprises de quartier, tel que LaRob.com .  
Ces réseaux permettent de vous rendre visible, et peuvent parfois organiser des rencontres comme des petits déjeuners ou des apéros, ou vous aider via les articles publiés. Quand on est seul dans l’aventure, ces moments d’échanges avec les autres entrepreneurs permettent d’avoir des tuyaux, des bonnes pratiques…
certaines manifestations sont ouvertes à tous. Par contre, d’autres sont proposées uniquement aux adhérents.
Enfin, là aussi, parfois, l’adhésion dépend de certains critères. L’adhésion peut être payants.  Pour terminer, il n’y a pas forcement de suivi personnalisé, ou de formation proposée.

 

pepiniere 

Dans les grandes villes, il existe des pépinières d’entreprises. Dans le Bas Rhin, les pépinières sont à Strasbourg Hautepierre, Saverne, Mutzig et Haguenau.
La pépinière entreprise, c’est quoi ? un lieu, un bâtiment où la ville propose des locaux avec des loyers modérés pour une durée définie (2 – 3 ans). Ainsi, cela permet, au entrepreneur se lançant dans l’aventure et ayant besoin d’un local, de ne pas trop alourdir les charges de la société par un loyer trop élevé. Un dossier doit être déposé.
Les services de la pépinière ne s’arrête pas là. Il propose un certain accompagnement, via des formations organisées par ci par là, ou des ateliers, ou encore une permanence sur un thème, ou organise aussi des manifestations (petit déjeuner) afin que les entrepreneurs échangent entre eux.
Les inconvénients sont que le suivi par une personne attitrée n’est plus là (ce n’est pas un suivi personnalisé) et la durée de la location du local est pour une durée limitée.

 

couveuse

    Qu’est-ce qu’une couveuse ? La couveuse est une structure qui permet de tester votre entreprise pendant une certaine durée.
    Comment ? en intégrant la couveuse, vous ne créez pas d’entreprise (pas de SIRET, pas de KBIS, pas de statut), c’est donc la couveuse qui endosse cet aspect juridique. Pour cela, vous déposez là aussi un dossier. Si votre dossier est accepté, vous vous engagez avec eux en signant un contrat. Au moment de la signature d’un devis avec un client, vous signez un contrat tripartite (vous, le client et la couveuse). En effet, parce que vous engagez la structure en terme juridique, la couveuse doit signer le devis.

    Avantages :
    – vous avez un accompagnement personnalisé
    – il propose des formations
    – des manifestations sont organisées
    – vous testez votre structure (vous n’avez pas besoin d’avoir une structure juridique)

    Inconvénients :
    – la couveuse prélève 10% de vos factures (donc si vous gagnez 1.000,- €, il garde 100 € pour eux).
    – certaines formations sont payantes 
    – les manifestations / formations ne sont pas maintenues et peuvent ainsi être annulée à la dernière minute.

     

    espace de coworking / lieux partage

    Dans les villes, il existe des espaces, type bar, appelé espace de coworking, ouvert toute la journée, proposant un espace de travail type openspace avec wifi et proposant (payant) boisson, repas, friandises… Vous pouvez être soit abonnés, soit y aller occasionnellement. C’est un lieu où les entreprises, n’ayant pas forcement besoin de local, peuvent se rencontrer et / ou réaliser leur rendez-vous professionnel.

    Ces espaces nouvelles générations sont sympathiques, conviviales.

    Cependant, aucun accompagnement est proposé, que ça soit suivi personnalisé, organisation de manifestation, formation etc… et ces lieux n’incitent pas, à mon goût, à la communication, à l’échange entre les personnes y travaillant.

     

    portage salariale

    Enfin, le portage salarial, un peu à la marge, est un système qui vous permet d’allier

    • les avantages de l’entreprenariat : vous êtes autonome, vous êtres votre propre chef
    • et les avantages du salariat : vous êtes salarié avec ces avantages : fiche de paie, salaire lissé, CESU, chèques restaurants, etc… et au moment où vous allez arrêter l’entreprise, vous avez le chômage, car considérer comme salarié.

    Par contre, aucune aide est proposée (pas d’accompagnement, pas de formation). De plus, il faut rentrer dans certain critère : par exemple, tous les segments ne sont pas pris en compte ou il faut aussi rentrer un certain nombre de CA annuel minimum…. Enfin, ce système, comme la couveuse, a un coût, de l’ordre de 5 à 8 % du CA.

     

     

    Vous avez donc plusieurs systèmes exposés, pouvant plaire à chacun de vous, et pouvant correspondre à votre caractère. Ces systèmes sont modulables dans le temps.

     

    Entreprenariat : quelques conseils pour débuter

    Entreprenariat : quelques conseils pour débuter

    A l’heure où on remplit nos déclarations d’impôts et que les dates de dépôts s’approchent, je souhaite évoquer aujourd’hui l’entreprenariat et de donner ainsi quelques conseils.

    Beaucoup de mes amis ont peur de se lancer là-dedans, donnant des excuses multiples et variés tels que leur situation familiale, l’argent, la difficulté de trouver des clients etc…

    Je propose aujourd’hui de donner quelques conseils, pour lever ces peurs.

     

    FREINS

    Mes amis me donnent un certain nombre de freins. « Je n’arriverais pas à trouver des clients », « je suis seule, je dois assurer en terme financier, pour payer les factures. » , « Avec un CDI, j’ai la sécurité de l’emploi et du salaire, avec tous les avantages derrières (ticket restaurant, PEE …) », « seulement 1/3 des entreprises arrivent à se maintenir plus de 3 ans » etc…
    Pour tous ces freins, il y a des solutions. Si la personne s’est bien préparée en amont, il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas. Et oui, tout le monde a peur du changement. Il faut savoir dès fois se lancer.
    Pour cela, voici les étapes et les conseils pour se lancer dans sa création d’entreprise.

     

    se poser les bonnes questions

    Au départ, quand on se lance dans un projet, il faut se connaitre. Dans ce cadre, il faut savoir où on veut aller, pourquoi on veut se lancer, dans quoi on veut se lancer, dans quoi suis-je bon, ai-je les compétences ? comment fais je m’organiser ? comment fais je faire avec ma situation actuelle (actuellement en poste etc…) ? Beaucoup de questions émergent. Pour que le projet fonctionne, il faut se les poser et prendre le temps d’y répondre.

    Pour cela, 1er conseil, je vous propose de réaliser un bilan de compétence. Des organismes existent un peu partout en France pour vous accompagner sur ce point. Certains peuvent être payer via votre Compte Professionnel de Formation (CPF). Ces bilans de compétences peuvent être fait pendant vos heures de travail, ou en dehors (à votre choix). Enfin, vous pouvez mettre votre employeur au courant, comme ne pas le mettre au courant.

    Si l’idée d’un bilan de compétence ne vous convient pas, d’autres solutions d’accompagnement existent et peuvent vous satisfaire. Le coaching en fait partie par exemple, ou d’autres méthodes moins conventionnelles.
    Lors du bilan de compétence ou cette réflexion, on peut s’apercevoir qu’on s’était tromper de voie. Ainsi, nous sommes amenés à changer totalement de voie et d’être amener à retour pendant quelques mois, voir année, à l’école.

     

    reflexion

    Après savoir où on veut aller, il faut définir son entreprise, à savoir sa stratégie commerciale, communication etc… Dans ce cadre, il faut connaitre le service / prestation qu’on souhaite vendre, à quel prix, pour quelle cible, quelle zone de chalandise, ce qu’on a besoin en terme RH et local (afin de connaitre le coût), créer des partenariats, etc… connaitre ces fournisseurs et ces concurrents directes et indirectes aident à savoir comment se comportent le marché.
    En gros, dans cette phase, d’autres questions arrivent. Et schématiquement, ces questions répondent au 4 P (prix, produit, place et distribution).
    La méthode CANVAS peut vous aider dans cette réflexion.
    Il aura des zones d’ombres. Pour les soulever, il suffit de poser des questions aux confrères par exemple, ou au personne de votre entourage, ou les personnes vous accompagnant dans votre réflexion. Les fournisseurs sont aussi des aides pour répondre à certaines interrogations, n’hésitez pas à les interroger. 
    Si vraiment, vous avez personne à qui demander, des salons sont organisées par des organismes regroupant un certain nombre d’entités de divers secteurs pour vous aider dans votre réflexion. Ces salons sont donc axés sur le thème de la création ou la reprise d’entreprise. Ces divers corps de métier sont par exemple les banques, les CCI, les réseaux locaux etc….
    Ce genre de salon est organisé une fois par an. Vous ne souhaitez peut être pas attendre ou le salon est organisé trop loin. Pour y palier, il existe aussi des réunions en présentiel ou en distanciel, en ville ou délocalisé, organisées tout au long de l’année par certains organismes (BPI, Chambre des métiers, CCI etc…) sur divers thèmes

     

    FIABILITE DU PROJET

    Quand on sait ce qu’on veut faire et où on veut aller, reste à savoir si le projet est fiable économiquement et si elle répond au(x) attente(s). Pour cela, le mot clé : une étude de marché. Ceci vous permettra de savoir si votre idée est fiable et en phase avec vos cibles.
    Enfin, économiquement, des tableaux facile à remplir existent pour savoir si cela passe ou casse.  Ces tableaux sont donnés par des organismes. Pour remplir les tableaux, une certaine réflexion est à mener. Les chiffres que vous y mettaient doivent être réfléchis. De plus, ces tableaux peuvent vous servir plus tard, pour demander un crédit auprès de votre banque ou des investisseurs. Les chiffres devront, dans certains cas, être expliqués.

    • Toutes ces étapes, mises bout à bout, vous permettra de créer un business plan
    • Le business plan vous permettra de trouver des investisseurs et de vous aider à obtenir un crédit auprès de la banque

    Alors, pour cette étape, nous pourrions penser que cela est rapide : détrompez vous. En tout cas, PRENEZ LE TEMPS.

     

    Bonne preparation

      Il faut au préalable une bonne préparation. Dans ce cadre, quand on démarre, à mon sens, un certain nombre de choses doivent être mises en place. Cela passe par la création d’un logo, de divers moyens de communications (site web, flyers etc…). Il faut aussi réfléchir sur des argumentaires. Son speech doit être claire, court et accrocheur –> en un mot « vendeur« . La création de modèles peut aussi vous faire gagner du temps.

      Là aussi, ça prend du temps. De plus, je vous suggère d’être épauler :
      – par des professionnels, notamment pour la création de votre identité visuel, de votre site web, logo …
      – par une tierce personne concernant l’argumentaire, le speech …. afin de vous entrainer et aussi voir si vous n’avez rien oublié.

       

      trouver des clients

      Selon le projet et son activité, il y a diverses façons de trouver des prospects et des clients. Pour l’un, ce sera faire de la publicité à la radio, l’autre sera d’être visible à la fois sur internet et/ou sur la rue. Plusieurs manières sont envisageables. Il est donc difficile de vous dire quoi faire exactement. 

      Cependant, sur cette aspect là, je souhaite vous rassurer. Ce n’est pas difficile de trouver des clients, et vous n’avez pas non plus besoin d’être des experts en la matière. Une bonne préparation en amont est importante. Cela passe par une réflexion sur qui on cible, comment les atteindre et comment communiquer avec eux. Donc toutes les étapes précédentes sont cruciaux et aucunes ne doivent être traitées trop rapidement.

      Pour vous donner un exemple chiffrés, concernant mon activité, voici le temps passé à la prospection depuis 1 an 1/2
      – aspect formation : 1h de prospection, 4 contrats dont 3 pérennes.
      – aspect assistanat : 3h de prospection, 3 contrats 
      Donc, 

       

      tester son activite

      Si vraiment vous avez peur de vous lancer, vous pouvez faire des tests grandeurs natures. Pour cela, vous pouvez passer notamment par une couveuse pendant 1 à 2 ans.
      De plus, les CCI proposent des « crash test ». Soit, vous passez un mauvais moment, mais cela est bénéfique car elle permet de savoir où vous en êtes dans votre projet, savoir si il y a des zones à reprendre etc…
      Enfin, pour limiter les frais au début d’activité, certaines villes proposent aux créateurs des locaux à loyer modéré dans des pépinières. Toujours dans les grandes villes, vous pouvez aussi travailler dans des lieux partagés.

       

      ALLIER SALARIAT ET ENTREPRENARIAT

      Si vous souhaitez allier salariat et entreprenariat, des solutions existent : 
      1) être à mi temps dans une entreprise, comme salarié, et à mi temps à votre compte.  Pour cela, l’entrepreneur doit demander l’accord à son employeur de passer à mi temps et de pouvoir travailler dans tels ou tels secteurs. 
      2) créer votre structure et passer par une entreprise de portage salarial. Dans ce cas, des conditions existent. En effet, l’entreprise de portage salarial pose des conditions, comme , accepter certains secteurs d’activité ou demander qu’un certain nombre d’heures minimum par mois passent par eux. De plus, ca a un coût.
      3) être entrepreneur salarié dans une Coopérative d’Activité d’Emploi (CAE). Certaines conditions existent aussi. 

       

      croire en soi et se faire accompagner

      Le syndrome de l’imposteur, bannissez-le !!! Croyez en vous, vous avez toutes les compétences requises…
      Croire en soi et à son projet sont des éléments essentiels de votre réussite, notamment pour trouver des clients et ainsi être convaincant.

      Dernière chose : dans toutes ces étapes, se faire accompagner est fortement conseiller. En effet, le fait d’en parler à un tiers vous permet de penser à certains aspects que vous n’auriez pas imaginés auparavant, de vous poser des questions que vous n’auriez pas penser. De plus, avoir un avis extérieur est toujours bien car nous ne pouvons pas penser à tous. Enfin, grâce à eux, vous obtiendrez des outils que vous n’auriez pas obtenus par ailleurs. Pour terminer, si vous avez des rendez-vous mensuels, cela vous permet d’avancer sur votre projet et de poser des questions sur des points bloquants. 
      Pour cela, ils existent ainsi plusieurs « organismes » qui sont soit locaux soit nationaux. Nous pouvons ainsi citer les CCI, la chambres des métiers, les réseaux comme la BPI, les couveuses, ADIE etc…
      Se faire accompagner est apprécié par certains organismes, comme les organismes financiers. 

       

      Pour conclure, tout le monde a peur de l’inconnu et du changement. C’est d’ailleurs pour cela qu’on trouve des excuses afin de ne pas se lancer. Certains vous diront que 30% des entreprises crées passent le cap des 3 ans (les autres mettent la clé sous la porte). Cependant, pour faire partie des 30%, une bonne réflexion, une bonne préparation et un bon accompagnement sont primordiales pour réussir.

      Donc, prenez le temps et surtout, faite vous accompagner à chaque étape.

      Finance : comment faire un prévisionnel et pourquoi.

      Finance : comment faire un prévisionnel et pourquoi.

      L’aspect financier est primordial pour une entreprise, et est l’un des paramètres du nerf de la guerre. Un bon suivi est nécessaire. Cela vous permettra de négocier avec les diverses parties, éviter des agios et dormir l’esprit tranquille. Voici quelques conseils pour bien prendre en main ses finances.

      L’année dernière, un blog plus général était rédigé. Ici, nous allons nous consacré plus spécifiquement au prévisionnel et voir quels en sont les intérêts.

       

      DEFINIR CES CHARGES ET CES RESSOURCE5

      Savez vous ce qu’est une charge et une ressource ?

      Les charges sont les dépenses réalisées et pouvant être récurrentes pour le bon fonctionnement de l’activité. Nous pouvons avoir, par exemple, le comptable, l’électricité, le loyer, la téléphonie, les salaires des employées, la TVA, les impôts (CVAE, impôts sur les sociétés..) etc …
      Ces montants sont généralement connus et peuvent être prévisibles en terme de montant et en terme de périodicité.

      Les entrées ou ressources, vous pouvez les connaître, si certains choses sont récurrentes (comme un abonnement, un client fidèle etc..). Certains métiers savent un peu près comment ça se passe, même si les montants varient. Ceci est lié notamment à la saisonnalité. Par exemple, les chocolatiers vendront beaucoup à noël, à pâques ; les fleuristes vendront plus à des jours clés, comme la Saint Valentin, la Toussaint … .

      Les entrées sont censées couvrir vos charges. Parfois, certains mois, elles les couvrent ; pour d’autres non. Du moment qu’à la fin de l’année, les ressources couvrent vos charges (dépenses) ou s’équilibrent, tout va bien.

       

      realiser un previsionnel

      Après avoir définie les charges et les ressources, il faut définir leur périodicité. Est-ce mensuel, trimestrielle, annuel ? le loyer, la téléphonie, les salaires seront par exemple mensuel, tandis que les impôts seront trimestriels, à certaines dates (15 mars, 15 juin, 15 septembre et 15 décembre) etc…

       

      Dès que ces 2 étapes sont acquises, un tableau excel est à monter, reprenant les entrées et les sorties mois par mois. Dernières choses : essayer de bien savoir à quel moment dans le mois l’action se réalisera.

       

      Janvier

      Février

      Mars

      Solde début

      +1000

      +600

      +500

       

      Loyer

      -500

      -500

      -500

       

      Client 1

      500

      800

      800

       

      EDF

      -200

       

      -300

       

      Salaires

      -1200

      -1200

      -1200

       

      Impôts

       

       

      200

       

      Client 2

      1000

      800

      1000

       

      Solde fin

      +600

      +500

      +500

       

      Ce tableau est à faire pour chaque année. La présentation est à faire comme bon vous semble, l’essentiel est que vous vous l’appropriez pour vous faciliter la tâche par la suite.

      Ce système permettra de savoir quelles sont les mois les plus dures, et les mois les plus « cool ».
      En fonction de ça, vous pourrez après interagir, « négocier » avec vos divers partenaires pour lisser vos paiements. Ainsi, vous passez les mois les plus difficiles plus sereinement. 
      Prévoir vous évitera des surprises. Les fournisseurs apprécieront que vous prenez les devants. Enfin, il vous évitera des agios et des frayeurs pour l’incapacité de payer certaines charges.

      Les mois dures, essayez d’avoir un délai de paiement client assez court et des délais fournisseurs assez long (ou paiement en plusieurs fois). Des systèmes existent et peuvent être mises en place pour jouer sur les délais de paiement. Des solutions sont évoquées et détaillées plus bas.

      Enfin, ces divers étapes sont à faire en début d’année : vous avez votre tableau prévisionnel sur un premier onglet.

      Un deuxième onglet est à créer, recopiant ainsi le premier tableau. Sur celui ci, vous allez suivre régulièrement vos mouvements : vous l’actualisez. Pour cela, vous allez vous assurez, en allant sur votre compte courant, que les ressources (paiement des factures) rentrent bien et que les charges sont bien payés. Le tableau est donc à mettre à jour régulièrement, toutes les semaines par exemple. Au fur et à mesure, vous constaterez si les mois seront difficiles ou non et prendre les devants

       

       

      fOurniseur

      Pour les fournisseurs, quand vous avez des mois plus délicats, vous avez plusieurs solutions.
      Tout d’abord, vous pouvez leur demander un délai supplémentaire pour payer la facture.
      La 2eme solution, c’est de voir avec votre fournisseur la possibilité de payer en plusieurs fois la facture et ceux de façon ponctuel.
      En règle générale, les fournisseurs préfèrent être payer . Ils sont assez enclin à accepter votre proposition et sont assez compréhensifs. En effet, eux aussi peuvent parfois avoir des mois difficiles. De plus, ils seront plus confiants car ils voient, dans cette « négociation », une bonne gestion de la part de l’entreprise (= la prévoyance).

       

      banque

      Vous pouvez demander aux banques d’avoir un certain découvert fixe à l’année, et les mois difficiles, de l’utiliser.

      D’autres moyens peuvent être mises en place, afin d’être payé plus rapidement par vos clients :

      – l’affacturage : assez cher et certains clients ne sont pas acceptés car elles possèdent, au niveau de BÂLE II ou III, une mauvaise note. Ceci est lié à un certain nombre de paramètre (paiement, incident paiement, utilisation d’un découvert, incident crédit …). 

      – l’escompte.

      Ces trois solutions (découvert, affacturage et escompte) sont payants. 

      Le tableau ci-dessus vous permettra de connaitre les mois les plus dures : prévenir la banque en amont sera toujours apprécier. Selon le cas, une solution sera trouvée. De plus, le tableau ci dessus 

       

      client 

      Sur la facture, des informations doivent apparaitre, notamment, une date de paiement, le moyen de paiement, le pénalité de retard, le montant HT et TTC, les prestations réalisées (missions, dates, heures etc…).

      En terme de paiement, vous pouvez vous arranger avec le client. Ainsi, d’un client à l’autre, le moyen de paiement, la fréquence, le délai de paiement varient. Pour être sûre d’être payé, vous pouvez plusieurs systèmes :
      – soit appliquer un système de ristourne : si la facture est payée immédiatement
      – soit obtenir un acompte lors de la signature du devis (notamment si vous engagez des frais, tel que l’achat de matériel)
      – soit demander d’être payer en totalité en avance.

      Si le paiement n’arrive pas, n’hésitez pas à revenir vers eux.

      Sur la facture, si le paiement n’arrive pas en temps et en heure, et ce malgré des relances, des pénalités de retard s’appliquent.
      Dans ce cas, n’oubliez pas d’indiquer, via une mention sur votre facture, 2 éléments : la première, le retard de paiement (dépassant la date), engendre des pénalités de retard ; la deuxième, de préciser les modalités des pénalités de retard.

       

      dernier conseil 

      Mon dernier conseil est : le tableau prévisionnel est là pour gérer au mieux votre compte. Elle vous permettra de communiquer avec les diverses parties et de prendre les devants pour éviter tout ennuie. Prendre le problème en amont sera toujours apprécier par vos partenaires, qui seront donc plus enclin à trouver une solution avec vous. De plus, vous dormirez plus sereinement car vous aurez prie les devants et éviter trois éléments : des sueurs froides, le paiement des agios et la confiance de vos partenaires : ces derniers vous percevront comme bon gestionnaire.

       

       

      Pour conclure, je conçois que la mise en place et le suivi d’un tel outil est fastidieux. Le suivi doit être régulier et récurrent (10 min par semaine par exemple). Vous constaterez cependant que cela comporte plusieurs avantages et vous évitera bien des tracas. 

      Conseils Administratifs

      Conseils Administratifs

      Pour les entrepreneurs vraiment « allergiques » à ces tâches et qui n’arrivent pas à s’y mettre, la dernière solution est d’éventuellement employer quelqu’un, quelques heures par semaine.

      Au départ, cela nécessite éventuellement de l’investissement, notamment pour trouver la perle rare. Mais après, cette personne vous aidera, accompagnera et vous enlèvera une épine du pied. Ainsi, elle vous soulagera au quotidien

      Voici quelques conseils pour vous faciliter la vie et vous faire gagner du temps.   

       

      DEFINIR LES TÂCHES ADMINISTRATIFS

      Avant toutes choses, il faut déjà savoir quelles sont les tâches administratives qui découlent de l’entreprise. Certaines tâches existent pour toutes entreprises telles que la facturation par exemple, d’autres tâches ne le sont pas, comme la gestion des stocks. 

      Ensuite, il faut définir les tâches importantes à nos yeux, et ceux secondaires. Il faut aussi réfléchir sur la périodicité de chaque tâche. Par exemple, l’envoie des éléments comptables peut se faire trimestriellement, le classement hebdomadairement, la facturation mensuellement etc…

       

      S’accorder du temps toutes les semaines pour ces tâches 

      Quand les tâches administratives sont définis et que vous avez défini leur priorité et périodicité, vous avez le choix sur plusieurs méthodes :
      – Soit vous vous bloquez une demi journée par semaine.
      – Soit vous réalisez la tâche (classement de la facture par exemple) dès qu’il arrive.

      Chaque méthode a ces avantages et inconvénients, à vous de choisir. 

       

      Avoir un classement imparable et irreprochable 

      Un classeur par thème peut être utile et une idée. Les thèmes peuvent être « fournisseurs », « clients », « banques », « divers », « contrat » etc…

      En plus des classeurs, ce type de classement peut s’appliquer informatiquement. Si vous avez les deux, faites en sorte que le classement soit identique. 

      Ce genre de classement est aussi à étudier avec votre comptable. D’autres types de classement peuvent être envisagés.

       

      Utiliser des outils vous permettant de gagner du temps

      Certains outils gratuits peuvent vous aider à réaliser des tâches plus rapidement, tel que « HENRRY » pour la réalisation de facture ou de devis. Cet outil vous permet aussi de voir l’évolution du chiffre d’affaires, et peut aussi être un pense bête pour relancer les prospects (après envoie de devis) ou les clients (pour le paiement de la facture arrivant à la date butoir).

      En fonction de vos besoins, Excel / word peuvent aussi vous aider à gagner du temps. Notamment dans le cadre du publipostage par exemple, ou dans le suivi de votre trésorerie..

       

      Echanger avec d’autres entrepreneurs pour connaitre leurs bonnes pratiques

      Rien de tel que d’échanger avec d’autres entrepreneurs pour avoir des tuyaux. Ils sont confrontés au même problème, et les gèrent différemment, sans que vous ayez penser à faire de même. Ils peuvent vous donner donc des solutions, ou vous donner des outils plus appropriés pour réaliser vos tâches.

       

      mettre en place des modeles

      Via Word, vous pouvez créer des modèles utilisables à tout instant. Ces modèles peuvent tourner autour de la facturation, des devis, des mails, les conditions générales ….

      Ces modèles vous permettront d’éviter de rédiger à chaque fois le document en question. Vous avez donc un gain de temps incroyable, et vous évite aussi des erreurs, des oublis.
      En effet, et par exemple, une certaine réglementation encadre les factures et les devis (des informations doivent y apparaitre impérativement). Si les modèles existent, ca vous évitera de devoir rechercher les informations concernées.

       

      se faire aider / employer quelqu’un 

      Pour les entrepreneurs vraiment « allergiques » à ces tâches et qui n’arrivent pas à s’y mettre, la dernière solution est d’éventuellement employer quelqu’un, quelques heures par semaine.

      Au départ, cela nécessite éventuellement de l’investissement, notamment pour trouver la perle rare. Mais après, cette personne vous aidera, accompagnera et vous enlèvera une épine du pied. Ainsi, elle vous soulagera au quotidien

       

      Tant de solutions existent pour rendre les tâches administratives plus « cool », plus  » vivable au quotidien, vous permettant ainsi de gagner du temps, d’éviter des erreurs et de vous concentrer sur votre cœur de métier.

       

       

      Calendrier pour les dirigeants : pour bien commencer la rentrée

      Calendrier pour les dirigeants : pour bien commencer la rentrée

      L’été est maintenant terminé. Vous avez pu bien vous ressourcer et vous gorger de soleil. La rentrée arrive à grand pas. Pleins d’évènements enrichissante approchent, que ça soit en présentiel ou en distance, localement ou au niveau national et sur tous les aspects : apprentissage / formation, assistanat, commerciale, finance.
      Profitez en bien. 

       

      LES rencontres d’affaires #adn business – 7 septembre de 8h30 a 17h

      Organisez en présentiel par la CCI Alsace au parc des expositions à Mulhouse, cette 1ères Rencontres d’affaires #ADN Business vous permettra de rencontrer une vingtaine de donneurs d’ordres et des acteurs économiques du Sud Alsace. Pour cela, des conférences plénière, des ateliers interactifs, un business village, des business meeting de 15 min sont proposés tous au long de cette journée. Cette journée vous permettra de rencontrer des partenaires locaux et d’éventuellement faire affaire avec eux.

       

        

      Apoge.org : mode d’emploi – 7 septembre de 9h a 9h45

      Organisez en distanciel par la CCI Alsace, vous découvrirez comment fonctionne cet outil qui facilite la recherche des marchés publics. En effet, plus de 1 500 avis sont mises en ligne sur cette plateforme. C’est donc un outil de prospection sur le marché public très porteur. Ce webinaire est animé par Stéphane PASTOR, chef de projet au Pôle Commande Publique Grand Est. Les inscriptions sont gratuites. La date limite d’inscription se fait jusqu’à la veille du webinaire. 

       

      salon creer, reprendre et developper sa boite en alsace – 16 novembre DE 9H A 18H

      Ce salon incontournable pour les créateurs, repreneurs et toutes autres personnes liées à une entreprise. Organisé à palais des congrès à Strasbourg, il regroupe plus de 80 exposants et propose plusieurs ateliers, séminaires, conférences. 10 pôles sont présents : pôle Institutions et collectivités, pôle reprise d’entreprise,  Pôle Banque, aides financières et cautionnement, Pôle start’up, Pôle conseil et accompagnement, Pôle prestations de services, Pôle franchise, Pôle hébergement et immobilier d’entreprise, Pôle protection sociale et emploi et assurance et Pole franco-allemand. Pleins de sujet y sont abordés, tel que la finance, la création d’entreprise, la prévoyance … Il permet d’acquérir des connaissances sur la création d’entreprise, de se faire un réseau, de bénéficier de savoir-faire et de pouvoir participer à des ateliers sur des thèmes concret. 
      Pour ce faire, allez sur le site de la CCI Alsace, organisatrice de salon, et vous y trouvez toutes les informations pratiques.

         

        la cci s’invite à la maison – tous les mercredis du 8 septembre au 8 decembre dE 10h A 15h

        Ce dispositif vous permet d’assister en visioconférence sur TEAMS à une présentation de l’apprentissage et d’échanger avec un Conseiller qui répondra à toutes vos questions. 2 modules sont évoqués. Les dates, les heures et les inscriptions sont accessibles sur le site de la CCI Alsace.

         

        les webinars de la chambre des metiers d’alsace 

        La chambre des métiers d’Alsace organise, en visioconférence, des conférences. Le programme est le suivant :

        Chaque lundi à 11h : LA STRATÉGIE DIGITALE ET LES OUTILS NUMÉRIQUE

        Chaque mardi à 10h : LES MÉTIERS D’AR

        Chaque mercredi de 13h30 à 14h30 pour les jeunes : LES MERCREDIS MÉTIERS
        Ce Webinar, gratuit pour les ados et leurs parents, donnera des informations sur les métiers de l’artisanat et l’apprentissage. Les inscriptions se font en ligne ou par mail à  webinaire@cma-moselle.fr

        Chaque mercredi de 16H à 17H30 : Pour les entreprises

        Ce Webinaire est gratuit et l’inscription se fait en ligne. Il évoque divers points, notamment pour accompagner les entreprises sur l’apprentissage. 

        Chaque jeudi : LES JEUDIS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE
         Il abordera les aides financières, les évolutions réglementaires, les solutions concrètes, les astuces. Le programme complet est à consulter sur le site de la chambre des métiers.

        Chaque vendredi de 14h à 15h : LES VENDREDIS DE LA CRÉATION
         

        Tout le détail de la programmation se trouve ici : https://crma-grandest.fr/nos-webinaires/

         

        les webinars via webikeo

         Webikeo est un site reprenant multitudes de webinars. Les thèmes sont tellement variés et il y en a tellement qu’il est difficile de tous les reprendre. Cela touche la RH, la formation, le management, le commercial, la finance, l’international, le juridique … Je ne peux que vous suggérez d’aller consulter régulièrement ce site pour constater les webinars pouvant vous intéresser : www.webikeo.fr

         

        Vous pourrez constater que la reprise est là et commence sur des chapeaux de roue. Les différents acteurs locaux ou nationaux vous proposent divers interventions pour vous préparer au mieux à la rentrée et vous aider dans vos projets. Donc attrapez votre agenda, votre café ! Je vous souhaite une bonne rentrée.

        Finance : comment faire un prévisionnel et pourquoi.

        Remplir son avis d’imposition

        Depuis le 8 avril, nous avons la possibilité de remplir l’avis d’imposition. Cette tâche, plutôt administrative, est pour certains une vraie corvée. Voici quelques pistes pour vous aider à remplir votre avis d’imposition. Sachant que chaque cas est différent, il est difficile de répondre précisément aux besoins de chacun.

         

        IMPOTS SUR LE REVENU

        Dans la majeure partie des cas (sauf certains cas tel que les contribuables déclarant des pensions alimentaires), et ça depuis quelques années, les cases sont pré remplies par l’administration fiscale. Cependant, je vous suggère de vérifier les données car cela arrive que les informations soient erronées.

        Comme tous les ans, il y a des nouveautés :

        • Télé travail : suite à l’apparition du covid, le télé travail (quand c’était possible) a explosé, engendrant des frais pour les employés. Afin de compenser ces frais, les entreprises ont peut-être versées une « allocation » à leurs employées. Dans ce contexte, Bercy a fait savoir, début mars 2021, que cette allocation « sera présumée exonérée dans la limite annuelle de 550 € », à raison de 2,5 € par jours de télétravail à domicile soit 50 euros d’exonération par mois de 20 jours travaillé
        • Aides exceptionnelles aux indépendants exonérées d’impôts : les aides d’urgences versées aux travailleurs indépendants pendant la crise sanitaire sont exonérées d’impôts sur le revenu. Cela touche notamment les artisans commerçants, les professions libérales réglementées et les auto entrepreneurs
        • Déclaration sociale et fiscale des revenus unifiée pour les indépendants : la déclaration 2042 DSI fait son apparition, avec un volet social de la déclaration des travailleurs indépendants. Cette nouveauté ne touche pas les auto entrepreneurs, mais les personnes des catégories suivantes ; praticiens et auxiliaires médicaux conventionnées, personnes affiliées à la mutualité sociale agricole, les artistes auteurs, les marins pêcheurs et les marins du commerce.
        • Majoration du bénéfice des entreprises qui n’adhérent pas à un OGA ramenée à 20% : pour les TNS ayant recours à un expert-comptable ains que l’adhésion à un centre ou organisme de gestion agrée obtenait une dispense de majoration de 25 % des revenus agricole et sur le BIC. Ce taux est ramené à 20 % cette année, 15 % en 2022, 10 % en 2023 et 0 % pour les années suivantes
        • Heures supplémentaires défiscalisées : la limite habituelle est normalement de 5000 €. Cette limite est passée à 7500 € lorsque les heures supplémentaires ont été réalisées entre le 16 mars 2020 et le 10 juillet 2020
        • Frais mobilité durables exonéré d’impôt sur le revenu : la mise en vigueur de ces frais a été avancé au 11 mai 2020. Elle est destinée aux salariés du privée (CDI, CDD, les contrats d’intérim, stagiaires, alternants…) comme les agents de la fonction publique. Elle ne peut cependant pas être attribué à des agents ayant d’autres dispositifs comme un transport collectif, un véhicule de fonction, un logement de fonction sur leur lieu de travail… Les modes de transports éligibles sont notamment, pour le privé, le scooter, la trottinette, le vélo personnel du salarié (mécanique ou à assistance électrique), les transports publics et les services d’autopartage. Pour les fonctionnaires, uniquement le covoiturage et les vélos sont concernés par ce dispositif. Le montant maximum accordé est de 500 € dans le privé (NB : 400 € pour 2020), sachant que l’employeur fixe librement le montant du forfait qu’il accorde (en 0 et 500 €). Ce forfait, versé par l’employeur, n’est donc pas obligatoire.
        • Barème kilométrique : un bonus pour l’électrique
        • Le crédit d’impôt rénovation énergétique mobilisable une dernière fois : en effet, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est désormais remplacé par « ma prime renov’ »

         

        IMPOTS FONCIER

        Quand on remplit son avis d’imposition foncier (notamment dans l’ancien), il n’y a pas que le loyer à prendre en compte, mais aussi d’autres éléments :

        • Assurances : la loi depuis quelques années demande à ce que les propriétaires possèdent une « assurance non occupant ». Le montant annulent est à reporter
        • Taxe foncière : vous payez une taxe foncière, ce montant est à reporter. Sachez qu’une partie de cette taxe (les ordures ménagères) est à payer par le locataire.
        • Charges de copropriété : si vous avez acheté un appartement, vous payez des charges de copropriété et alors dans ce cas, ces charges sont à reporter sur votre avis d’imposition. A noter que les travaux liés à la copropriété sont aussi à impacter sur l’avis d’imposition
        • Travaux : toujours sur le thème des travaux : vous avez peut-être réalisés des travaux à titre individuel, dans le logement comme un rafraîchissement, le changement de fenêtre, changer la salle de bain ou la cuisine …. Ces travaux peuvent être déduites de vos revenus locatives.
        • Prêts : pour acheter le logement, vous avez peut-être souscrit un prêt. Dans ce cas, l’assurance de la personne et les intérêts de l’emprunt sont à indiquer sur l’avis d’imposition. 
        • Agence : parce que vous ne voulez pas perdre de temps avec les locataires, ou parce que le bien est loin, vous passez éventuellement par une agence immobilière pour faire la sortie ou l’entrée du locataire, trouver un locataire, gérer les loyers ou gérer des « problèmes » au quotidien d’un locataire. Dans ce cas, vous payez des frais de gestion à l’agence. De plus, si le locataire n’a pas de caution personne physique, vous avez éventuellement choisi la garantie « loyer impayés ». Ces frais (frais de gestion, frais de recherche de locataire, garantie « loyer impayés » …) viennent aussi en déduction de vos revenus fonciers. 

        Vous pouvez constater qu’il y a beaucoup de levier pour réduire le montant de vos revenus fonciers. Sachez que ce déficit est reportable sur 10 ans.

         

        IMPOTS : CREDIT IMPOT OU REDUCTION D’IMPOTS

        Vous avez la possibilité de réduire vos impôts via des crédits impôts. Les pistes sont nombreuses :

        • Aides liées aux dons, cotisation et souscription : Cela peut donc passer d’un don à une association caritative, un parti politique ou un syndicat. Pour vous donner un ordre d’idée, Le don aux associations qui réapparait dans la déclaration 2042 dans les cases 7UD ou 7UF, vous permet de réduire de 66 % du montant du don de votre impôts dans la limite de 20% du revenu imposable (par exemple, votre imposition fait 1000 €, vous pouvez déduire 200 € via un don. Pour atteindre ce plafond de 200 €, un don de 332 € doit être réalisé). A noter que les dons consentis à une association d’aide aux personnes en difficulté (dite « coluche »), les taux changent
        • Aides liées à la famille : Ces aides passent notamment par les pensions alimentaires (ex époux, parents, enfants), les frais de scolarité des enfants, les emplois à domicile (comme les femmes de ménage, le jardinage …) et les frais de gardiennage. Dans chaque cas, il y a un plafond à ne pas dépasser, et la réduction d’impôt varie. Par exemple, pour les emplois à domicile, on peut déduire 50 % des dépenses, avec un maximum de 12 000 € sachant qu’il y a des exceptions
        • Aides fiscales liées aux personnes dépendantes : cela comprend les frais d’accueil d’une personne âgée, les frais liés à un placement en EPHAD et les primes des contrats « rente survie » ou « Epargne handicap »
        • Aides fiscales liées au logement : à savoir notamment si vous souhaitez aménager un logement pour une personne handicapée, ou si vous souhaitez améliorer la qualité énergétique de votre résidence principale ou encore réaliser un aménagement lié à un risque technologique, vos dépenses rentrent là-dedans. Certains investissements locatifs rentrent aussi dans cette aide. A noter que l’aménagement d’un système de charge pour un véhicule électrique rentre dans cette catégorie aussi
        • Certains placements comme les FICP (Fonds d’Investissement Commun de Placement), les Plan Epargnes Retraite (ou PERP), FIP et loi madelin. A noter que la déduction sont de 25 % sur les sommes investies entre le 10 août et le 31 décembre (C/ 18 % du 1er janvier au 9 août).

        Pour plus de détail, allez sur le site des impôts dédiés à ce thème : service-public.fr/particuliers/vosdroits/N19785 (sources)

         

        IMPOTS SUR LA FORTUNE IMMOBILIERE (ISI)

        L’ISI existe depuis 2018 et remplace l’ISF. Cette impôt concerne les personnes possédant des biens dont la valeur nette de 1.3 Millions d’euros.

        Ce patrimoine comprend tous les biens et droits immobiliers détenus directement et indirectement au 1er janvier. Dans ce cas, les biens sont en l’occurrence :

        • un immeuble bâtis tel qu’une maison, un immeuble, un appartement ou leur dépense comme un garage
        • les bâtiments considérés comme monuments historique
        • les biens en cours de construction
        • les biens non bâtis : cella concerne les terrains (à bâtir, agricoles, viticoles …)
        • immeubles ou fractions d’immeuble lié à des parts de sociétés immobilières
        • et enfin, les droits immobiliers issus d’usufruit, droits d’usage ou d’habitation …

        Certains biens sont partiellement ou totalement exonérés. Par exemple, votre résidence principale fait l’objet d’un abattement de 30 % au 1er janvier 2021. 

        Certaines dettes peuvent être déduites de la valeur de votre patrimoine avant imposition. Ces dettes sont notamment les emprunts immobiliers pour l’acquisition, les travaux de rénovation, d’amélioration, d’agrandissement ou de construction, les travaux d’entretien mais aussi les paiements des impôts dus à ce bien tels la taxe foncière ou les droits de succession.

        Après avoir réaliser ces calculs et si il s’avère que la valeur de l’ensemble de vos biens immobiliers dépassent 1.3 Millions d’euros, le barème de l’imposition ISI en 2021 s’applique comme suit :

        • de 0 à 800.000 € : 0%
        • de 800.001 à 1.300.000 € : 0,5 %
        • de 1.300.001 à 2.570.000 € : 0,75 %
        • de 2.570.001 à 5.000.000 € : 1 %
        • de 5.000.001 à 10.000.000 € : 1,25 %
        • plus de 10.000.000 € : 1,50%

        Un système de décote existe : si vous avez un patrimoine entre 1.300.000 € et 1.400.000 €, une décote s’applique. Le montant de la décote se calcule de la manière suivante : 17 500 € – 1,25 % de la valeur nette taxable du patrimoine.

        De plus, une réduction d’impôt existent pour réduire votre imposition IFI. En effet, si vous réalisez un dons au profit d’un organisme d’intérêt générale, une réduction d’IFI à hauteur de 75 % du dons est appliquée, dans la limite de 50.000 €.

         sources : Impôt sur la fortune immobilière (IFI) | service-public.fr

        LES DATES

        La date d’ouverture de la déclaration en ligne a été fixée au 8 avril 2021 à midi.

        La date limite de dépôt de la déclaration papier est le 20 mai.

        Les délais de télédéclaration sont variables selon le département de résidence, s’étalant comme suit :

        • Le 26 mai pour les départements de 1 à 19
        • Le 1 juin pour la corse et les départements allant du 20 au 55
        • Le 8 juin pour les autres départements (56 à plus, dom tom etc…)

        Si vous ne respectez pas la date butoir de dépôt, une majoration vous sera appliquée. De plus, vous serez amené à être contrôlé et une erreur dans la déclaration entraine une régulation de la part de l’administration fiscale, avec l’application de pénalité.

         

        Sources : www.toutsurmesfinances.com